Namur pour toutes et tous

Un futur téléphérique à plusieurs millions d’euros, une gare des bus un peu mégalo, la passerelle du Grognon à Jambes, un centre commercial à la place d’arbres centenaires, Rogier 1 et Rogier 2, la construction des archives de l’état et maintenant du palais de Justice…Y’a pas à dire, Namur est en plein mutation.

Signer la pétition

On dirait même plus en plein embourgeoisement ! Ou gentrification comme ils disent !
Et oui cette politique du bulldozer s’accompagne d’un nettoyage social anti-pauvres avec récemment la réintroduction d’un règlement anti-mendicité. Pourtant les premières versions ont été recalées par le Conseil d’État, mais cela n’empêche pas Monsieur Prévot de faire de notre ville un musée à ciel ouvert où on chasse les pauvres plutôt que de lutter contre la pauvreté !
Nous pensons que tous nous avons droit à la ville ! Ils veulent cacher la misère, ils veulent que la ville n’appartienne pas au petit peuple, ils veulent que la ville appartienne au fric. Leur ville est paraître, faux semblant et clinquante. Vide de sens, mais riche de fric !
Nous ne sommes pas d’accord !!! Nous ne voulons pas que notre démocratie n’écoute que les riches ! Nous pensons qu’il n’y a pas d’égalité politique possible sans égalité économique et ce règlement est complètement injuste et inégalitaire !
Déloger des personnes sans logement est odieux et absurde !


POUR L’ANNULATION TOTALE DU RÈGLEMENT ANTI-MENDICITÉ ! LUTTONS CONTRE LES CAUSES DE LA MISÈRE,
PAS CONTRE LES PAUVRES !
LA VILLE POUR TOUS !!!

———-

Voici la pétition à l’attention du Collège communal et des conseillers communaux de la Ville de Namur

Objet: Convocation d’un Conseil communal extraordinaire

Madame, Monsieur,

Le 29 juin dernier le Conseil communal a pris la décision d’interdire la pratique de la mendicité dans certaines rues de la Ville. Même si cette interdiction ne porte pas sur l’ensemble du territoire communal, force est de constater que, dans les faits, c’est le cas. En effet, la faible fréquentation des endroits où la mendicité reste autorisée revient à une interdiction sur l’ensemble du territoire.

Sous la dénomination nébuleuse de “Règlement relatif aux pôles urbains”, cette mesure est profondément discriminatoire,parce qu’elle limite l’usage de l’espace public à une certaine catégorie de la population.

Ce règlement est d’autant plus malheureux et choquant qu’il coïncide avec la fermeture de l’asile de nuit, alors qu’une partie des personnes qui recourt à la mendicité est aussi sans abri.

Pour justifier l’instauration de ce règlement, le Collège communal avance comme argument l’augmentation des plaintes reçues liées au comportement des mendiants. Même si nous ne pouvons nier les potentiels troubles à l’ordre public que peuvent engendrer ces personnes précarisées , la police dispose déjà des moyens légaux et réglementaires pour y faire face. De plus, les comportements excessifs que vous dénoncez ne sont pas le seul fait des mendiants. L’existence de ce règlement anti-mendicité n’a donc aucune raison d’être.

Plutôt que tenter de cacher les plus vulnérables d’entre nous aux yeux de la population, ne serait-il pas plus digne des responsables élus, mandatés pour gérer au mieux cette ville, de réfléchir à des solutions plus humaines et plus durables, en concertation avec tous les intéressés, incluant tous les “usagers” de notre ville?

C’est pourquoi nous, citoyens, associations et organisations, exigeons l’abrogation de ce règlement et sollicitons la convocation d’un Conseil communal extraordinaire pour ce faire**.**

Eu égard à l’importance et l’urgence de l’enjeu, nous vous demandons de nous faire part de votre réponse dans un délai raisonnable.

D’avance, nous vous remercions de l’attention que vous porterez à notre démarche démocratique.

Nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire ou pour une rencontre à votre meilleure convenance et vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs les élus, l’expression de notre considération distinguée.

——-

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :