Par Amine, permanent des JOC Verviers.

Verviers, une ville qui respire le bon vivre. Certains diront le contraire, mais plusieurs partageront mon avis. Cette chaleur humaine est due à la diversité culturelle que connait Verviers. Des centaines de nationalités et des coutumes de plus en plus fascinantes. Néanmoins, cette richesse peut aboutir à des difficultés qui s’illustrent essentiellement à travers des comportements discriminatoires vis-à-vis des personnes d’origines étrangères. Cela concerne tant l’école, que la recherche d’un emploi, les transports en commun, le logement, etc.

Après la soirée de rencontre du 5 novembre organisé dans les locaux de la JOC Verviers, un groupe de travail s’est créé avec comme objectif l’élaboration d’action sur la question de la discrimination et de l’immigration. Plusieurs propositions ont été formulées : un film sur le racisme, aller à la rencontre des écoles pour une meilleure mixité dans les classes et pour discuter de la question du voile, conférence-débat en présence de réfugiés qui racontent leurs histoires, tournois sportifs pour récolter des fonds afin de financer des voyages, une journée interculturelle avec des activités en plein centre-ville, etc.


Quelques jours après cette soirée, nous avons eu le plaisir de rencontrer madame Caroline Rosillon du centre interfédéral pour l’égalité des chances (UNIA) dans le cadre d’un petit-déjeuner-débat organisé par la Régie des quartiers de Dison Havre-Sac. Lors de notre échange avec elle, nous lui avons proposé de venir nous expliquer le domaine d’activité d’UNIA. Le 26 novembre 2016, nous avons accueilli madame Rossilon dans nos locaux en présence de 15 jeunes de différentes origines (marocaine, algérienne, turques, belges, haïtiennes, etc.). Lors de cette réunion, nous nous sommes rendu compte que lorsque nous parlons de discrimination, nous nous limitons à des critères tels que la couleur et l’âge et que nous oublions d’autres comme le handicap, l’âge, etc. Raison pour laquelle, nous voulons nous former sur la discrimination au sens large du terme. Cette volonté s’inscrit dans une continuité logique étant donné que le but du groupe vise à créer des capsules vidéo qui dénoncent des actes discriminatoires fondés sur de nombreux critères.