48 heures de mobilisation contre les violences policières |ANNULEE

12 février 2020

Nous amazighs, noir.e.s, arabes, musulman.e.s, migrant.e.s des quartiers populaires de Bruxelles appelons à 48h de mobilisation pour dénoncer la recrudescence des violences policières dont nous sommes victimes au quotidien.

Depuis des générations nous héritons de cette violence coloniale qui se matérialise par : le bouclage des quartiers, les contrôles au faciès, les fouilles au corps, les courses-poursuites, tout cela amenant à la création d’une politique policière mortifère. Car disons le clairement, le plan Canal destiné au confinement des quartiers populaires tout comme le plan Medusa destiné à la traque des migrants sont des dispositifs qui permettent à cette politique mortifère d’exister.

Rappelons nous la mort de Mawda, petite fille kurde âgée de 2 ans, décédée des suites d’un tir policier. Comment expliquer aux parents de cette petite fille que l’auteur de ce tir à balle réelle risque de ne jamais être considéré comme un assassin ?

Aujourd’hui les migran.e.s tout comme les jeunes de l’immigration sont placé.e.s dans des situations de survie inhumaine. Elles, ils luttent pour le droit à une vie digne. Une lutte dont l’enjeu principal consiste à faire reconnaître leur droit à être considéré avant tout comme des êtres humains. Une lutte d’où en réalité ne jaillit que des récits de vies marqués par la mort de soeurs, de frères, de femmes, de maris. Rappelez-vous des noms des vies volées de : Mawda Shawri, Mehdi Bouda, Semira Adamu, Zineb Redouane, Soulaimane, Dieu-merci Kanda, Marielle Franco, Ziyed et Bouna, Amine Bentounsi, Adama Traoré.

Portés par leurs esprits, nous descendants de Abdelkrim El Khattabi, Patrice Lumumba, Omar El Mokhtar, et fier de lutter aux côtés de collectif comme Urgence notre Police Assassine ou Black Lives Matter, appelons à une mobilisation massive autour du festival contre les violences policières qui sera organisé les 14 et 15 mars. Conférences, projections, et concerts sont prévus au programme. A cette occasion nous appelons également à un rassemblement pour exiger réparation et qu’enfin justice soit rendue à toutes les victimes de violences policières.

Conscients qu’il est temps pour nous de s’organiser, nous sommes décidés à faire de ces 48h le moment de création d’un comité contre les violences policières pour en finir avec le racisme d’Etat et ses reconfigurations sécuritaires.

Pour être signataires de l’appel, envoyez un email à n.v.anticoloniale@gmail.com

Premiers signataires:

Nouvelle voie anticoloniale
Bruxelles Pantheres
Comité Vérité et Justice Mawda
Comité des parents contre les violences policières à Molenbeek
Campagne Stop Répression

Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.