Atelier Arpentage : Sorcières de Mona Chollet

31 août 2019 à 17:00

Grand-place

Tournai

Ce samedi 31 août à Tournai, nous vous proposons de participer à notre atelier arpentage (voir la description de la méthode ci-dessous).

L’atelier aura lieu de 14h à 17h00 à Tournai, rendez vous à 13h30 sur la grand place dans le village du collectif On est Tou.te.s pour partir ensemble – l’atelier se fera dans les locaux du Bric à Brac.

Durant cet atelier, nous lirons ensemble “Sorcières, la puissance invaincue des femmes” de Mona Chollet. Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ? Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante – puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

–> Les inscriptions sont obligatoires et limitées en nombres. Envoyer un mail à tournai@joc.be

// L’arpentage ? //

L’arpentage est une méthode de lecture et d’analyse collective d’un texte long, inventée dans les cercles ouvriers de la fin du XIXe siècle. Elle permet notamment de dédramatiser le rapport à la lecture et à la compréhension d’ouvrages dits compliqués, qui ne seraient réservées qu’à certains, et d’encourager les personnes à se permettre l’expression d’avis, d’analyse construite collectivement sur ces ouvrages, le tout dans un temps très restreint. En effet, l’arpentage vous permet d’appréhender un livre de plus d’une centaine de pages avec une dizaine de participants en 3 à 5 heures. Elle permet aussi à un groupe d’acquérir des savoirs communs, de s’approprier des références communes, et donc de sortir des dominations par le savoir, et à chacun, et surtout aux non-lecteurs, de s’offrir le luxe et le plaisir de découvrir des pensées, des auteurs ou des théories, qu’on ne serait pas allé chercher sans ça.