Face à la précarité, s’organiser et lutter !

28 novembre 2019 à 19:00

ULB auditoire h1301

Bruxelles

8 novembre 2019, un étudiant français s’immole devant le ministère de l’enseignement. Au coeur de son geste, un message profondément politique qui rappelle au monde la brutalité des difficultés que vivent beaucoup d’étudiant.e.s. Ailleurs, dans le monde, au Chili, au Liban, en Equateur des milliers d’autres jeunes réagissent eux aussi aux mesures des gouvernements qui précarisent nos vies.

Plutôt que de répéter une fois de plus ce qui ne va pas, nous t’invitons ce 28 novembre à venir parler des luttes qui sont, ou ont, été menées par des jeunes contre la précarisation de nos existences (par l’économie, le climat, le coût des études…).

Face à l’urgence sociale et la nécessité de continuer à mener cette lutte, il nous semble intéressant aujourd’hui d’échanger à propos d’autres mouvements étudiants. Chacun de ces mouvements ayant connu ses forces et ces faiblesse, ce sont autant d’expériences et d’apprentissages desquelles on pourrait profiter pour faire grandir la lutte ici.

——————————————–

Pour échanger avec nous:

– Joaquin étudiant actif dans les mobilisations de 2011 au Chili:

En 2011, le Chili a connu ses plus grosses mobilisations étudiantes depuis la fin de la dictature. Un mouvement qui a duré près de 9 mois, qui mobilisait plus de 400 000 étudiants à son apogée (1 million de personnes tous secteurs confondus une journée !). Et qui aura permis de destituer un ministre. Un moment de politisation par la base qui aura marqué toute une génération !

– Zani de Tournai se bouge pour le climat:

Un exemple belge d’auto-organisation ! Le collectif créé à l’initiative de jeunes tournaisiens s’organise de manière indépendante et horizontale. Il a déjà permis de secouer la vie politique de Tournai, habituellement calme et consensuelle. Notamment en allant réveiller Marghem chez elle, en créant les plus grosses mobilisations connues dans la région depuis plus de vingt ans, et en menant des actions sur des terrains diversifiés !

– François Fecteau, chercheur à l’Institut de sociologie de l’ULB et actif dans les mouvements étudiants de 2012 au Québec:

En 2012, le gouvernement québécois annonçait une augmentation des droits de scolarité universitaires. En réponse, les étudiant.e.s organisent la plus grande grève étudiante que le pays à jamais connue. Ponctué de nombreuses manifestations et riche d’une large diversité de tactiques, le mouvement arrivera à arracher l’annulation du projet de hausse du coût des études. Aujourd’hui actif dans l’étude des mouvements sociaux, François viendra nous parler de son expérience pendant cette période historique du mouvement étudiant québécois.

————————–

28 novembre 19h – ULB auditoire h1301