Atelier novlangue – Cure de désintox anti-langue de bois

Ne dites plus »exploités », dites »défavorisés » ! Ne dites plus »licenciement collectif », dites »plan de sauvegarde de l’emploi » ! Politiciens, patrons et experts utilisent un tas de mots savants qui ont l’air de vouloir dire quelque chose mais qu’on ne comprend pas très bien : c’est la NOVLANGUE,
19 novembre 2014

Ne dites plus  »exploités », dites  »défavorisés » ! Ne dites plus  »licenciement collectif », dites  »plan de sauvegarde de l’emploi » ! Politiciens, patrons et experts utilisent un tas de mots savants qui ont l’air de vouloir dire quelque chose mais qu’on ne comprend pas très bien : c’est la NOVLANGUE, ou « langue de bois ». Relayée quotidiennement dans les médias, elle permet de ne pas aborder les vrais problèmes, de contourner une question embarrassante, de masquer une absence d’arguments, de camoufler un objectif inavouable, bref, de noyer le poisson. Cette novlangue est dangereuse car elle n’est pas neutre : elle impose une certaine vision du monde et elle nous influence. Adieu esprit critique et envie d’agir !

Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.