Ce 02 décembre, Claim The Climate !

Le dimanche 2 décembre, le premier jour de la COP24, nous marcherons pour réclamer la justice climatique.
31 octobre 2018

Trois ans après la signature de l’accord de Paris, les promesses rugissantes doivent encore être mises en oeuvre. En Belgique, un manque de courage politique et de coopération a même conduit ces dernières années à une nouvelle augmentation de nos émissions de CO2!

Nous devons donc passer à la vitesse supérieure et de plus en plus de personnes font entendre ce message à haute voix! Un nombre croissant de citoyens changent déjà leur alimentation, leurs modes de transport, isolent leur maison… Ils demandent aussi de l’air propre, plus de pistes cyclables, moins de destruction des forêts, moins de plastique dans les océans, plus d’énergies renouvelables, plus de solidarité internationale, plus d’avenir pour nos enfants. Bref: plus d’action politique pour le climat!

Le premier jour de la conférence climatique internationale #COP24, la Coalition Climat et le Climate Express interpelleront, avec vous tous, nos dirigeants belges pour une politique climatique plus ambitieuse au niveau mondial, européen et national. Ils réclameront que le réchauffement soit limité à maximum 1,5°C, comme le veut l’Accord de Paris. Ils réclameront aussi que cela se fasse par une transition juste, qui respecte les droits de chacun.e, dont les employé.e.s des secteurs et entreprises menacés, les populations du Sud, les réfugiés, … Cela signifie aussi que la Belgique -en tant que pollueur historique- doit soutenir les pays les plus vulnérables dans cette transition et les aider à s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique. Nous monterons dans la rue pour la justice climatique, en Belgique et partout dans le monde.

http://www.claimtheclimate.be/
Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.