Le groupe AntiDiscri des JOC Verviers rebaptise l’avenue Léopold II en l’avenue Patrice Lumumba

Le groupe AntiDiscri des JOC Verviers a organisé une action symbolique et non violente le dimanche 7 octobre sur l’avenue Léopold II à Verviers.
9 octobre 2018

Constitué de jeunes qui se réunissent régulièrement pour discuter des discriminations qu’ils subissent où dont ils sont témoins, le collectif a rebaptisé l’avenue Léopold 2 en l’avenue Patrice Lumumba.

A travers cette action, le groupe appelle la ville de Verviers à  dépasser le système colonial établi au Congo par Léopold II et à le soutenir dans cette démarche. Dans une ville composée d’une dizaine de nationalités – y compris des Congolais – et où la diversité d’origines est souvent mise en valeur, nous ne pouvons pas glorifier un colonisateur qui a été à l’origine d’un des plus grands massacres de l’histoire et qui a causé la mort de beaucoup de personnes.

Le groupe propose de donner à cette avenue le nom de « Patrice Lumumba » qui est l’une des principales figures de l’indépendance du Congo et d’ajouter un panneau expliquant aux gens qui passent par-là qui étaient ces personnalités.

Le dimanche 7 octobre, nous avons changé symboliquement le nom de cette avenue parce nous voulons que notre ville puisse rétablir la vérité sur le passé colonial belge. Nous espérons que la Ville de Verviers suivra notre démarche et entamera une procédure qui aboutira à un changement officiel

Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.