Les JOC Namur se mobilisent contre l’exclusion des travailleurs sans emploi.

22 décembre 2014

Ce lundi 22 décembre, une trentaine de manifestants a occupé pacifiquement le Forem de Namur à l’initiative des Jeunes Organisés et Combatifs (JOC). Nous avons dénoncé le climat actuel de stigmatisation envers les chômeurs et les mesures gouvernementales qui renforcent les contrôles et les sanctions directes. Nous revendiquons également l’abrogation de l’article 63§2 (http://www.stop632.be/). Voté par le gouvernement Di Rupo fin 2011, cet arrêté royal limite dans le temps les allocations d’insertion et provoquera l’exclusion du chômage de dizaines de milliers de jeunes et de travailleurs sans emploi ce 1er Janvier 2015.
Les militants des JOC ont distribué une soupe populaire et sensibilisé les personnes présentes à l’intérieur du Forem. Selon Martin Lafontaine, permanent des JOC Namur: « On utilise la crise comme un moyen de pression pour détruire les acquis sociaux et stigmatiser les plus faibles. Face à un chômage structurel, s’acharner sur les victimes d’un système économique absurde n’apportera aucune solution. Nous organiserons bientôt de nouvelles actions. La machines à exclure doit stopper ! ».
10868075-1512558859027357-4216108267013817706-n
10868105-1512558925694017-1197209708221395476-n

Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.