Mort de la petite Mawda: des manifestants à Mons réclament la démission de Jambon et Francken

21 mai 2018

“Suite aux événements dramatiques survenus dans la nuit de mercredi à jeudi à Maisières, près de Mons, le Groupe montois de soutien aux sans-papiers a lancé un appel pour un rassemblement en soutien aux migrants sur la Grand-Place ce vendredi à 18h.
Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées et parmi les manifestants, Sacha, des Jeunes organisés et combatifs. “Le décès de cette petite fille m’a vraiment touché. Nous en sommes arrivés à une politique très répressive en Belgique et voilà que les parents de cette petite fille pleurent aujourd’hui sa mort alors qu’ils espéraient un avenir meilleur.”
“On voulait marquer le deuil de cette petite fille qui a trouvé la mort sur un parking d’autoroute, dans une course-poursuite avec la police, à cause d’une balle perdue tirée par un policier”, ajoute Valérie du Groupe montois de soutien aux sans-papiers. “Cela symbolise vraiment pour nous la synthèse la plus inhumaine de cette politique ferme menée en notre nom à tous par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon et par le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Theo Francken. C’est une politique de traque, de non-accueil, de stigmatisation, et de criminalisation que l’on refuse de toutes nos forces.”
Lire la suite sur le site de la rtbf   https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_mort-de-la-fillette-kurde-des-manifestants-a-mons-reclament-la-demission-de-jambon-et-francken?id=9921947

Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.