Pour un 1er mai combatif !

Ce 30 avril, nous précaires, mères célibataires, jeunes en attente d'allocation, migrants et chômeurs exclus des allocations de chômage, avons mené une action au siège de l'Union des Classes Moyennes (UCM).
30 avril 2015

Ce 30 avril, nous précaires, mères célibataires, jeunes en attente d’allocation, migrants et chômeurs exclus des allocations de chômage, avons mené une action au siège de l’Union des Classes Moyennes (UCM). Une grosse dizaine de militant-e-s se sont rendu à l’intérieur du bâtiment afin d’interpeller les responsables sur le fait que l’austérité précarise, entre autres, les couches les plus fragiles de la classe moyenne.
Nous avons été reçus par une délégation de l’UCM qui nous a confirmé que l’austérité, en plus de précariser les couches les plus fragiles de la classe moyenne, met en danger les petites PME.
10982198_437859823046006_3170943749315167442_n
Nous ne sommes pas dupes, la vision de l’UCM reste très libérale et ne s’inscrit en rien dans une dynamique de lutte sociale.
Cette action s’inscrit dans le cadre de la lutte des travailleurs – travailleuses dans ou hors emplois. À travers cette action, nous tenions à rappeler que le 1er mai est une célébration de la lutte des travailleuses – travailleurs, et non la fête de l’emploi.
D’autres actions de ce genre sont à prévoir sur Liège !
Pour une sociale combative !
Pour un 1er mai combatif !

Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.