Que serais-je sans toit ?

À la suite de l'évacuation organisée au Parc Maximilien, nous avons décidé de produire cette tribune pour alerter la société civile des conditions excluantes et inhumaines dans lesquelles étaient structurées le plan de prévention contre le COVID-19.
24 mars 2020

Par Anas Amara

En effet, il n’est à notre sens nullement fait mention dans les diverses communications gouvernementales de tout un large pan de la population qui n’a pas cette possibilité effective soit de pourvoir au télétravail, soit de pourvoir à un confinement salvateur. Il est à cet effet temps que les politiques fédérales prennent la mesure de cette situation de vie inhumaine et conclut d’un plan d’action concret pour soutenir les sans-abris, sans-papiers, migrant.e.s, femmes célibataires à charge, les travailleurs.s.e.s dans les secteurs de première nécessité.

Dès lors, nous recherchons des signataires.trices, si certain.e.s d’entre vous souhaitent nous soutenir, pourriez-vous nous faire parvenir votre nom ainsi que votre signature souhaitée, et les envoyer à l’adresse suivante ? :amara.anas12@gmail.com

Nous, citoyen.ne.s bruxellois.es, appelons de toute urgence le gouvernement fédéral, les autorités régionales et communales compétentes ainsi que les élu.e.s locaux .ales à prendre toutes les mesures nécessaires afin de soutenir activement les personnes les plus vulnérables dans leur lutte face au COVID-19.En effet, nous nous retrouvons dans une situation où un pan entier de la population, comprenant les sans-abri, les sans-papiers, les migrant.e.s, les mères et pères célibataires à charge, les travailleur.se.s dans les secteurs de première nécessité, les étudiant.e.s jobistes, les travailleur.se.s du sexe, les détenu.e.s,est complètement oublié des radars de prévention contre le COVID-19.Une partie non négligeable de la société civile a su prendre la mesure des problématiques sociales et sociétales liées au COVID-19 et a organisé des réseaux locaux de solidarité pour fortifier les mesures gouvernementales déjà existantes.

Néanmoins, nous devons faire face au quotidien, à plusieurs impasses qui freinent les possibilités d’expérimentation et d’expansion de ces réseaux de solidarité.Nous aimerions à cet effet soumettre aux politiques communales, régionales et fédérales une série de directives à prendre pour renforcer au mieux nos actions mutuelles.

– Premièrement, mettre à disposition des mouvements de solidarité locaux des points physiques d’organisation pour faciliter notamment la gestion et la distribution des colis alimentaires et sanitaires. De plus, l’élaboration d’une coordination régionale connectée à un cadastre des besoins régionaux ( bénévoles, nourritures-matériels de protection ) représente selon nous une nécessité pour répandre efficacement l’attribution des ressources.

– Deuxièmement, organiser un accès sans limitation temporelle des locaux abandonnés, des bureaux, des mosquées, des hôtels, des églises, des salles de sport, des bâtiments vides, auberges fermées pour répondre à l’incapacité structurelle de logement à Bruxelles.

– Troisièmement, destiner ces locaux en priorité aux sans-abri, aux sans-papiers, aux migrant.e.s afin de faciliter l’élaboration de projets d’auto-organisation pour les structures existantes (VSP, Coordination des sans-papiers, la maison des migrants, l’occupation des Marolles, le comité des femmes, etc.) et de projets de soutien, notamment aux mères célibataires

– Quatrièmement, inciter les autorités publiques à prendre la mesure de la situation sanitaire et à adopter des directives de dépistage générales puisque comme le rappellent de nombreux.ses spécialistes, sans dépistage, la mise en quarantaine reste improductive.

Nous, citoyen.ne.s, exigeons que des consignes claires allant dans le sens de nos recommandations soient prises. Nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre, nous devons agir au plus vite et protéger l’ensemble des strates de la société de la dangerosité de cette pandémie. Cette question définira les fondements de notre humanité, nous devons impérativement adopter les mesures adéquates pour garantir un confinement digne pour tous et toutes. Agissons de façon responsable et construisons un univers politique inclusif.

Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.