Ce 13 mai à 19h à l’Université St Louis ( Boulevard du Jardin botanique 43, 1000 Bruxelles )

Au sein des Affranchies, nous lançons une campagne prônant un féminisme pluriel, à savoir pas un féminisme « blanc » dans le sens universaliste du terme. Selon nous, un courant du féminisme occidental, notamment en s’opposant au port du voile, a pourri l’image du féminisme, qui est aujourd’hui très mal perçu, et ce particulièrement chez les jeunes et dans les quartiers populaires avec lesquels nous voulons mener la lutte.
Le féminisme n’est pas un combat occidental et le sexisme n’est pas un problème « étranger »! Dans un contexte d’islamophobie grandissant, les amalgames deviennent monnaie courante, beaucoup ont tendance à penser que les musulmans sont tous « radicaux » et que les femmes de cette communauté sont toutes soumises aux hommes. Le sexisme serait donc le fait de leur appartenance religieuse. Or, la société occidentale et capitaliste est tout aussi sexiste que la majorité des autres sociétés aujourd’hui dans le monde. Dans chaque société, la domination masculine peut s’exprimer différemment mais n’en est pas moins un problème réel. L’objectif de cette conférence est de casser le cliché selon lequel les femmes musulmanes sont de facto des femmes soumises et qu’être musulmane et féministe est antagoniste. Par là, il s’agit surtout de rappeler que le patriarcat et le sexisme ne sont pas le fait d’une religion ou d’une communauté mais de la société dans son ensemble.

Avec Malika Hamidi, Docteure en sociologie.