Un « D-gouter Peeters » pour dénoncer la réforme du travail

13 septembre 2016

Nous étions nombreuses à nous rassembler place de la Monnaie ce samedi 10 septembre pour dénoncer la réforme du travail que nous concocte Kris Peeters, le ministre de l’emploi.
Cette réforme du travail, surnommée loi Peeters vise à flexibiliser davantage le marché du travail. Cela signifie que les patrons pourront disposer du temps de leur employés comme bon leur semble. Cela passe par des heures supplémentaires sans sur-salaire, des semaines de travail pouvant aller jusqu’à 45 h, des contrats intérim à durée indéterminée, des contrats « 0 heure » où nous serons prévenues de notre horaire à peine une semaine à l’avance… A quoi s’ajoute la diminution voir la suppression du complément chômage.
Alors que nous les femmes, représentons déjà une catégorie précarisée de la population : parce que nous percevons des salaires inférieurs, parce nous sommes déjà majoritairement représentées dans les boulots à temps partiel et dans le statut de cohabitante… Et que nous devons déjà jongler entre emploi et responsabilités familiales, que nous assumons davantage et parfois même seule, ces réformes vont nous rendre la vie impossible.
La loi Peeters s’attaque donc sans complexe aux femmes… Mais nous n’avons pas l’intention de nous laisser précariser et discriminer davantage ! C’est pourquoi nous avons décidé de nous rassembler et de nous organiser au sein de l’union des bloqueurs et bloqueuses afin de préparer la riposte aux mesures Peeters. Seules nous sommes vulnérables, mais ensemble nous serons redoutables !
La loi Peeters ne passera pas ! Nous sommes déterminées à D-gouter Peeters et son monde !

Facebook
Twitter
Email
Print
WhatsApp

LIRE PLUS

“La logistique est le nouveau monde ouvrier”, Rencontre avec David

La rencontre avec David a marqué un double intérêt pour nous tant du point de vue du contenu que de la méthode.
Ce qui se passe à Liège avec la volonté de résister à l’implantation d’une plateforme logistique comme Alibaba peut paraître à priori antagonique et contradictoire avec l’idée de défendre des ouvriers et des luttes ouvrières.
Mais que se passe-t-il à partir du moment où l’on pense l’écologie comme une position de classe ? N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’a réussi à faire un mouvement comme les Gilets jaunes ?
La question sociale ne peut non seulement pas être évacuée mais les ouvriers, eux-mêmes, peuvent être un vecteur du changement écologique. Concrètement, cela reste très difficile, mais il faut enclencher des stratégies à long terme qui permettent de lever les contradictions.